La liste des prochaines manifestations et des passées



La liste des affiches de cette année



Rentrée scolaire

1 er septembre 2020

Chers parents

Les listes de classes et les modalités de rentrée du 1er septembre seront affichées le VENDREDI 28 AOUT au panneau d'affichage de l'école (sente). Pour les élèves de PS et de MS, les modalités de rentrée sont celles, à ce jour, qui vous ont été  communiquées fin juin.

Je vous remercie par avance de votre compréhension,

Bonne fin de vacances

Mme Dujardin, directrice.


Retour Actualité

Tests PCR : plus besoin d'une ordonnance pour en bénéficier et être remboursé

depuis le 25 juillet 2020

Afin de faciliter le dépistage du Covid-19 (SARS-CoV-2), les tests PCR sont totalement pris en charge par l'assurance maladie et ne nécessitent pas de prescription d'un médecin. Un arrêté publié le 25 juillet 2020 au Journal officiel prévoit également que les prélèvements puissent être pratiqués sous certaines conditions par un infirmier diplômé d'État, un aide-soignant, un étudiant en médecine, un sapeur-pompier ou encore un secouriste. Des précisions avec Service-public.fr: Le texte officiel

Le test de détection PCR (pour « réaction en chaîne par polymérase ») consiste en un prélèvement nasopharyngé (dans le nasopharynx par le nez) à l'aide d'un écouvillon. Les échantillons sont ensuite analysés.

Tout assuré peut en bénéficier, à sa demande et sans prescription médicale, sans même présenter de symptômes. Il est intégralement pris en charge par l'assurance maladie. Ces dispositions sont également applicables aux personnes qui ne sont pas assurés sociaux. Le remboursement de ces tests n'était possible qu'avec une ordonnance depuis le 28 mai 2020.

Certains professionnels autres que les biologistes médicaux sont désormais autorisés à pratiquer le prélèvement d'échantillon biologique. Cette disposition vise à pallier le manque éventuel de disponibilité des professionnels de santé habilités à réaliser l'examen de dépistage par PCR dans certaines zones.

Ainsi, à condition d'avoir suivi une formation spécifique, peuvent réaliser le prélèvement :

  • les infirmiers diplômés d'État ;
  • les étudiants en odontologie, en maïeutique et en pharmacie ;
  • les aides-soignants, sous la responsabilité d'un médecin ou d'un infirmier diplômé d'État de leur établissement.

Peuvent également intervenir, sur une zone et pour une période définies par le représentant territorial de l'État compétent et sous la responsabilité d'un médecin ou d'un infirmier diplômé d'État :

  • les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires titulaires de la formation d'équipier dans le domaine d'activité du secours d'urgence aux personnes ;
  • les sapeurs-pompiers de Paris titulaires de la formation élémentaire en filière « Sapeur-pompier de Paris » (SPP), ou « Secours à victimes » (SAV), ou « Spécialiste » (SPE) ;
  • les marins-pompiers de Marseille détenant le brevet élémentaire de matelot pompier (BE MOPOMPI), ou de pompier volontaire (BE MAPOV), ou de sécurité et logistique (BE SELOG) ;
  • les équipiers secouristes des associations agréées de sécurité civile titulaires d'une formation adéquate aux premiers secours.

Retour Actualité

Obligation du port du masque

à compter du 20 juillet

Obligation du port du masque dans les espaces publics clos : quels sont les lieux concernés ?

Afin d'éviter un rebond de l'épidémie, de nouveaux lieux viennent compléter à compter du 20 juillet 2020 la liste des espaces publics où le port du masque est obligatoire. Quels sont-ils ? Qui est concerné ? Y aura-t-il des sanctions ? Le point avec Service-public.fr et le ministère des Solidarités et de la santé.

Les indicateurs de suivi de l'épidémie traduisent aujourd'hui une légère détérioration de la situation sanitaire.

Par ailleurs, des scientifiques ont fait part à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de constatations sur la transmission du virus dans l'air. Ils ont notamment remarqué que les contaminations avaient lieu fréquemment en milieu clos, particulièrement en cas de brassage d'air, et même en l'absence de projection directe. C'est pourquoi, de manière préventive, des recommandations ont été émises sur le port du masque en intérieur.

Ainsi, toute personne de 11 ans et plus doit porter un masque dans les lieux publics clos, en complément de l'application des gestes barrières.

Les lieux déjà concernés par l'obligation du port du masque

  • Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple, y compris les salles de spectacle et les cinémas ;
  • Restaurants et débits de boissons (le masque ne peut être enlevé qu'au moment de manger) ;
  • Hôtels et pensions de famille ;
  • Salles de jeux ;
  • Établissements d'éveil, d'enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement ;
  • Bibliothèques, centres de documentation ;
  • Établissements de culte ;
  • Établissements sportifs couverts ;
  • Musées ;
  • Établissements de plein air ;
  • Chapiteaux, tentes et structures ;
  • Hôtels-restaurants d'altitude ;
  • Établissements flottants ;
  • Les nouveaux lieux où le port du masque est obligatoire

    • Magasins de vente, centres commerciaux ;
    • Administrations et banques ;
    • Marchés couverts.

    Dans les autres catégories d'établissements, le port du masque peut être rendu obligatoire par l'exploitant.

  • Les lieux où le port du masque n'est pas obligatoire

    Le port du masque n'est pas imposé dans les espaces publics ouverts : dans la rue, les parcs, à la plage, sur les chemins de randonnée...

    Et dans les entreprises ?

    Les entreprises et les administrations ne sont concernées par l'obligation du port du masque que lorsqu'elles accueillent du public (clientèle ou usagers).

    Des mesures de restrictions, mises en place conjointement par le ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion et le ministère des Solidarités et de la Santé, régissent déjà la vie dans les entreprises depuis la sortie du confinement. Elles imposent notamment un respect strict des mesures d'hygiène et de la distanciation physique.

    Que risque-t-on si l'on ne respecte pas cette obligation ?

    Les personnes qui ne respectent pas cette mesure peuvent se voir infliger une amende de 135 €. En cas de récidive dans les 15 jours, l'amende passe à 1 500 €.

Retour Actualité

Démarchage téléphonique : une loi pour lutter contre les abus

Depuis le 24 juillet 2020

Le texte d'origine ICI

Démarchage téléphonique abusif, appels frauduleux aux numéros surtaxés : le consommateur est désormais mieux protégé. Le démarchage pour les travaux de rénovation énergétique est interdit. Dans les autres secteurs, les appels passés à des personnes inscrites sur Bloctel, la liste d'opposition au démarchage téléphonique, sont sanctionnés plus lourdement. La loi visant à encadrer le démarchage téléphonique et à lutter contre les appels frauduleux est paru au Journal officiel le 25 juillet 2020.

Les principales mesures de cette loi :

  • Le professionnel doit se présenter de façon claire, précise et compréhensible au téléphone et doit également rappeler au consommateur son droit à s'inscrire sur Bloctel, la liste d'opposition au démarchage téléphonique.
  • Le démarchage téléphonique est interdit pour la vente d'équipements ou la réalisation de travaux pour des logements en vue de la réalisation d'économies d'énergie ou de la production d'énergies renouvelables. Il reste autorisé pour des sollicitations intervenant dans le cadre de l'exécution d'un contrat en cours.
  • Les entreprises qui ont recours au démarchage téléphonique doivent respecter un code de bonnes pratiques et saisir régulièrement l'organisme chargé de gérer la liste d'opposition Bloctel sous peine de sanctions :
    • au moins une fois par mois si elles exercent à titre habituel une activité de démarchage téléphonique ;
    • avant toute campagne de démarchage téléphonique dans les autres cas.
  • Les jours et horaires au cours desquels les appels téléphoniques de prospection commerciale peuvent être passés sont précisés par un décret à paraître.
  • Tout contrat conclu avec un consommateur à la suite d'un démarchage téléphonique réalisé en violation de ces nouvelles dispositions est nul.
  • Les sanctions sont renforcées en cas d'abus (par exemple, appel à des personnes inscrites sur Bloctel) ou en cas d'utilisation d'un numéro masqué : 75 000 € pour les personnes physiques et 375 000 € pour les entreprises, contre 3 000 € et 15 000 € auparavant.

Retour Actualité

Personnes âgées : comment rompre leur isolement

Personnes âgées : comment rompre leur isolement pendant les vacances ?

Tout le texte ICI

Chacun peut participer au maintien du lien social des personnes isolées et fragiles : à titre individuel, auprès des proches comme des voisins, mais aussi en devenant bénévole au sein d'une association. Pour vous y aider, le ministère des Solidarités et de la Santé propose un portail numérique qui recense l'ensemble des actions luttant contre l'isolement des personnes âgées sur l'ensemble du territoire.

Personnes âgées et leurs aidants, citoyens et associations, professionnels du grand âge et élus locaux trouveront sur ce portail des ressources pour les accompagner dans la recherche de solutions adaptées et de proximité.

Grâce aux initiatives présentées dans la rubrique « Citoyens et associations », vous découvrirez notamment comment :

  • maintenir le lien et initier des échanges avec les personnes âgées ;
  • aider en tant que voisin et devenir acteur des solidarités de proximité de votre quartier ;
  • vous engager comme bénévole dans les nombreuses associations qui œuvrent au maintien du lien social des personnes âgées sur tout le territoire ;
  • les associations pourront se procurer des outils pour les accompagner dans leurs missions.

Dans la rubrique « Personnes âgées et leurs aidants », vous trouverez également :

  • des initiatives qui soutiennent et accompagnent le binôme aidant/aidé dans les différentes composantes de leur vie quotidienne, s'articulant autour des 10 besoins essentiels de la personne âgée ;
  • des ressources pour soutenir et accompagner les proches aidants : dispositifs d'écoute et de soutien psychologiques, outils de formation et d'orientation, réseaux d'entraide entre proches aidants...

Deux autres rubriques sont destinées aux élus locaux, qui jouent un rôle essentiel pour repérer les publics les plus fragiles et coordonner l'action auprès d'eux, et aux professionnels du grand âge qui fournissent des solutions adaptées chaque jour. Ils y trouveront des outils susceptibles de les assister dans leur exercice quotidien.

Retour Actualité

pollution par l'ozone

25 juin 2020

En raison des prévisions de dégradation de la qualité de l'air ambiant, indiquant un niveau élevé d'ozone, la procedure d'information recommendation est activée pour l'ensemble du département pour la journée du jeudi 25 juin 2020

voir le texte complet ici

Retour Actualité

Déconfinement dans les entreprises : un nouveau protocole

à partir du 24 juin

Mesures de distanciation physique et port du masque

Il convient de limiter les flux et la concentration des personnes au sein de l'établissement et de permettre le respect des règles de distanciation physique.

Lorsque la présence sur les lieux de travail est nécessaire, des mesures organisationnelles doivent être mises en place afin de limiter la concentration des personnes au sein de l'établissement et de permettre le respect des règles de distanciation physique.

Chaque collaborateur doit pouvoir disposer d'un espace lui permettant de respecter la règle de distanciation physique d'au moins un mètre par rapport à toute autre personne (collègue, client, usager, prestataire, etc.). Si l'écart d'un mètre ne peut pas être respecté ou risque de ne pas l'être, le port d'un masque « grand public » est obligatoire pour les salariés. Si le port du masque n'est pas possible en permanence, le ratio de 4 m2 par salarié peut être retenu mais à titre indicatif seulement.

Le texte officiel ICI

Désignation d'un référent Covid-19

Un référent Covid-19 est désigné. Dans les entreprises de petite taille, le dirigeant peut assurer cette fonction. Ce référent s'assure de la mise en œuvre des mesures définies et de l'information des salariés. Son identité et sa mission sont communiquées à l'ensemble du personnel.

Main-d'œuvre de passage

Les employeurs doivent accorder une attention toute particulière à la main-d'œuvre de passage (travailleurs détachés, saisonniers, intérimaires, titulaires de contrats de courte durée). Il s'agit de s'assurer que ces travailleurs soient aussi bien informés que les autres salariés sur les modes de propagation du virus, les gestes barrière, les mesures de distanciation physique et les dispositifs de protection mis en place par l'entreprise.

Télétravail

Pour les personnes à risque de forme grave de Covid-19 ou qui vivent avec une personne de profil semblable, le télétravail doit être favorisé par les employeurs. Il doit faire l'objet d'une demande des intéressés et au besoin, après un échange entre le médecin traitant et le médecin du travail, dans le respect du secret médical. Ceux qui ne peuvent pas télétravailler peuvent consulter leur médecin traitant ou leur médecin du travail pour l'établissement d'un arrêt de travail (certificat d'isolement).

Plus généralement, le télétravail n'est plus la norme mais il reste une solution à privilégier, dans le cadre d'un retour progressif à une activité présentielle, y compris alternée.

Aération et désinfection des locaux et des surfaces de contact

Les espaces clos doivent être aérés régulièrement en dehors de la présence des personnes.

Le fonctionnement et l'entretien de la ventilation mécanique (VMC) doivent être contrôlés.

Le ministère du Travail a publié le 24 juin 2020 « un protocole national de déconfinement » pour accompagner les entreprises à reprendre leur activité tout en assurant la protection de la sécurité et de la santé de leurs salariés : mise en place d'un référent Covid-19, respect de la distanciation physique d'1 mètre, télétravail... Le point sur les principaux changements par rapport à la dernière version du protocole publiée le 3 mai.

Les ventilateurs ne doivent pas être utilisés si le flux d'air est dirigé vers les personnes.

Les systèmes de climatisation, régulièrement contrôlés, doivent éviter de générer des flux d'air vers les personnes et de recycler l'air, en recherchant la filtration la plus performante sur le plan sanitaire.

Les surfaces de contact et les objets souvent manipulés doivent être nettoyés fréquemment avec un produit actif sur le virus SARS-CoV-2 afin de garantir la désinfection.

Le sols doivent être nettoyés selon les procédés habituels.

Campagnes de dépistage toujours interdites

Le contrôle de température par l'entreprise n'est pas recommandé et ne peut pas être obligatoire, le salarié est en droit de le refuser.

Il est recommandé au salarié de mesurer sa température en cas de sensation de fièvre et de surveiller l'apparition de symptômes évocateurs du Covid-19.

En outre, les entreprises ne sont pas autorisées à mener des campagnes de dépistage du coronavirus auprès de leurs salariés. Les entreprises qui prévoyaient de le faire, devront y renoncer.

Retour Actualité

Plan de déconfinement : la phase 3

Depuis le 15 Juin 2020

Nouvelle zone verte, réouverture des crèches, écoles et collèges pour tous, ouverture totale des bars et des restaurants, évolution du régime des manifestations... Une troisième étape du déconfinement permet de lever certaines restrictions liées à l'état d'urgence sanitaire. Ces mesures sont précisées dans un décret paru au Journal officiel le 15 juin 2020.

Depuis le 15 juin 2020, l'ensemble de la France est passé en zone verte, à l'exception de la Guyane et de Mayotte qui restent classées en orange car les indicateurs sanitaires y sont encore préoccupants.

  • Ainsi, les cafés et restaurants peuvent tous désormais ouvrir leurs portes, en respectant les consignes sanitaires : pas plus de 10 clients par table, un mètre entre chaque table, port du masque obligatoire pour le personnel et pour les clients lorsqu'ils circulent dans l'établissement.
  • Tous les élèves des écoles et des collèges doivent retourner en classe à partir du 22 juin 2020. Les mesures sanitaires sont assouplies. En effet, le respect d'une distanciation physique d'au moins un mètre s'applique uniquement dans les salles de classe et tous les espaces clos, entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre chaque élève lorsqu'ils sont côte à côte ou qu'ils se font face. L'accueil est assuré par groupes qui ne peuvent pas se mélanger.
  • À cette même date, les crèches doivent réouvrir selon les règles de présence normale.
  • L'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public imposée par l'état d'urgence sanitaire reste en vigueur. Cependant, à la demande du Conseil d'État qui avait été saisi, les manifestations soumises à l'obligation d'une déclaration préalable sont à nouveau autorisées. Les participants ne doivent pas être plus de 5 000 et doivent respecter les règles sanitaires (distanciation physique d'au moins un mètre entre les personnes, port du masque systématique lorsque le respect de cette distance n'est pas garanti, gestes barrières).
  • Aucun événement réunissant plus de 5 000 personnes n'est autorisé jusqu'au 31 août 2020.

Par ailleurs, la préfecture de la région Île-de-France a annoncé qu'à compter du 16 juin 2020 l'attestation employeur n'est plus obligatoire pour prendre les transports en commun aux heures de pointe. Le port du masque y reste néanmoins encore de rigueur.

Le texte complet ici

Retour Actualité

octobre rose

du lundi 5 octobre au 31 octobre 2020

Retour Actualité

vers le haut

copyright : Mairie de Fontenay CSS Valide ! Cynthia Tested!